Biographie - Rodolphe Sebbah
Biographie
Diamantaire de formation, Rodolphe Sebbah se passionne depuis de nombreuses années pour la street photography. Son travail dans la rue et le métro a déjà fait l'objet de plusieurs publications en France et à l'étranger.

Très influencé par les photographes de rue américains des années 40/60 tels qu'Helen Levitt, Garry Winogrand, Robert Frank ou Saul Leiter, il se définit lui-même comme un photographe " au ras du trottoir". A l'esthétisme et la stylisation il privilégie une photographie directe et objective reposant sur la saisie immédiate de la réalité.

Rodolphe Sebbah est le lauréat du Prix du Public au concours des ZOOMS 2014 organisé par le Salon de la Photo.

                                                                                                                                       
                                                                               **************


Quand il commence à s’intéresser à la photo il y a quelques années c’est immédiatement et naturellement dans la rue qu’il descend. Seul le spectacle de la rue l’attire et le fascine.

Petit à petit, il va découvrir le travail de célèbres photographes de rue tels que les américains Robert Franck, Helen Levitt, Vivian Maïer, Elliott Erwitt, Saul Leiter ou Garry Winogrand, mais aussi bien sûr les français Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Willy Ronis et surtout René Maltête dont il aime particulièrement l'humour.  Très vite, il comprend qu’il s’inscrit dans une tradition photographique, qu’il fait partie d’une « famille », celle des reporters urbains, des « street photographers » .

A partir de ce moment, autodidacte mais boulimique de connaissances, il lit tout ce qui concerne ceux qu’il considère comme ses maîtres, parcourt les expositions, achète des livres de photos, s’initie à la technique et ne passera plus une journée sans arpenter les rues de Paris et tenter d’en capter l’âme.

Dans la pure tradition de ce genre, il ne fait que des instantanés pris sur le vif, ce que les américains appellent des « snapshots ».
 
Manuel Bidermanas , le fils du célèbre photographe IZIS, , lui-même photographe reconnu, à qui il montre un jour ses photos, l’encourage à continuer tout en le mettant en garde contre les difficultés de ce métier.

Encouragé par l’enthousiasme que la rue lui témoigne, Rodolphe diffuse ses photos sur des sites spécialisés. Moins d’un an plus tard, une journaliste chinoise remarque son travail sur le métro parisien et lui consacre une interview et quatre double pages dans le magazine chinois Vision, aux côtés du célèbre photographe de rue new-yorkais Markus Hartel.

Régulièrement, des administrateurs de blogs du monde entier lui demandent l’autorisation d’utiliser telle ou telle de ses photos et c’est à Baltimore que tout récemment le jeune artiste peintre américain Will Prinn vient de réaliser une oeuvre à partir d’une photo de Rodolphe.

Janvier 2010 le magazine chinois VISION consacre une interview et quatre double-pages de photos au travail de Rodolphe Sebbah dans le métro parisien. 

Janvier 2012 trois photos de Rodolphe Sebbah ont été publiées par le Science Museum of United Kingdom dans le livre édité à l’occasion du centenaire du musée: Who am I ?

Juillet 2012 le magazine français Compétence Photo lui consacre un long article sur son site « Le Révélateur » consacré aux nouveaux talents photographes.  www.competencephoto.com/La-rue-Rodolphe-Sebbah-serie-couleur_a2095.html

Septembre 2012 le magazine Vivre Paris consacre un article et six pages de photos au travail de Rodolphe.

Avril 2013 : Exposition " Je te salue ma rue"  à La Rotonde de la Vilette organisée par MyPhotoAgency.

Octobre 2013 : Un article et un portfolio dans le WebMagazine La Chaîne Photo :
http://dl.lachainephoto.com/wp-content/uploads/magazines/la_chaine_photo_numero4_001.pdf

Mars 2014 : candidat choisi  par le Magazine Le Monde de la Photo pour être son représentant au concours des ZOOMS 2014.

Juin 2014 : Lauréat du Prix du Public aux Zooms 2014

Août 2014: Un article et un portfolio dans le numéro 68 du magazine Le Monde de la Photo

Septembre 2014 : exposition de quarante photographies noir & blanc à la Galerie du Pont Neuf à Paris

Novembre 2014 : exposition de vingt et une photographies couleur au Salon de la Photo de Paris, Porte de Versailles

Février 2015 : exposition de vingt et une photographies couleur au CP+, Salon de la Photographie de Yokohama au Japon

Avril 2015 : contrat signé avec l'éditeur de cartes postales ZAZOUS EDITIONS pour le lancement d'une collection de cartes sur le thèmes "street photography".


« Je me considère comme un photo-reporter en milieu urbain. Ma démarche n’est pas prioritairement esthétique, Je ne cherche pas spécialement à faire une « jolie photo » mais surtout à capter un bel instant de vie urbaine ou un moment fort.

A ceux qui me demandent souvent quel sens a telle ou telle photo je réponds ce que répondait Helen Levitt : « Ce que vous voyez est ce que vous voyez, il n’y a rien à voir ou à comprendre au-delà de ce qui est montré »

" Comme tous les photographes de rue, j'agis dans l'instant, il y a donc fatalement des ratés, dus soit à une mauvaise appréhension de l'évènement, soit à une maladresse, soit à la précipitation. Mais comme disait Willy Ronis " C'est à la fois la grandeur et la servitude du genre ... c'est le risque permanent du ratage, l'incertitude constante du résultat qui me font tant aimer ce combat douteux ".

Mon sujet c'est la rue, la rue où tout est prétexte à faire image. Je photographie les hommes, les femmes, les choses, les anonymes dans leur quotidien, j'essaie d'enregistrer en une fraction de seconde la complexité, comme la banalité de la vie urbaine et de la condition humaine.

Je m'efforce de capter le théâtre de la rue sans me soucier de ce qui est beau ou laid, confortable ou dérangeant. Ma seule exigence est la spontanéité.

Je regarde l'humanité telle qu'elle se montre à mes yeux, chaque jour, sans fard. Je suis un photographe " à ras du trottoir", et je laisse le spectateur libre de son imagination.

Top